Batay Ouvriye Banner

22 mai 2003

ABUS ET VIOLENCE PHYSIQUE CONTRE DES OUVRIERS À LA BRASSERIE DU NORD!

Amis de la Presse, Ouvriers, Travailleurs, Progressistes conséquents,

L’Intersynsicale Premier Mai de Batay Ouvriye, élève sa voix pour dénoncer le traitement barbare subit par des ouvriers à la Brasserie du Nord ce mardi 22 avril 2003. Simplement pour avoir réclamé un ajustement de salaire, la direction de cette dite Brasserie les fit sauvagement réprimer. Nous ferons noter que cette direction, d’après données des employés des Affaires Sociales eux-mêmes, est réputée pour ses actes répressifs et illégaux contre les ouvriers : dans un passé récent, elle a même révoqué arbitrairement 25 d’entre eux qui ne faisaient que revendiquer légalement.

Et ce mardi 22 avril, devant la simple mobilisation des ouvriers qui protestaient contre le salaire de misère de 35 gourdes ( 77 centimes américains ! ) par jour qu’ils continuent de toucher jusqu’à présent, le directeur, M. Leslie Duchatelier et l’ingénieur en chef, M. André Chéry, firent appel aux forces spéciales de police (UDMO) pour réprimer dans le sang les travailleurs mobilisés. Deux d’entre eux, MM. Ronald Toussaint et Vilcius Lainé, furent, sans retenue, battus à mort. Actuellement incarcérés à la prison du Cap où ils furent de plus traînés sans autre forme de procès, ils continuent de rendre du sang. Le directeur, M. Duchatelier, demanda même qu’ils fussent exécutés sur le champ ! Des employés du Ministère des Affaires Sociales venus à l’usine, s’en retournèrent sans prendre les décisions drastiques qu’exigeait une telle situation.

L’Intersyndicale Premier Mai de Batay Ouvriye proteste de toutes ses forces contre une telle répression de classe et profite de l’occasion pour faire remarquer à toute la population que :

• aujourd’hui, les patrons arrivent de suite à des actes extrêmes, où la répression sanguinaire fait partie de leurs toutes premières réponses devant la moindre revendication fût-elle juste et légale ;

• ces patrons affichent un mépris total devant l’ajustement de salaire dont il est question ces jours-ci ;

• les bourgeois ont une domination directe et immédiate sur les forces répressives ;

• la police exécute les ordres bourgeois sans la moindre analyse de la situation qui leur est présentée ;

• la brutalité des forces répressives arrive de suite à son paroxysme dès qu’il s’agit de frapper les travailleurs ;

• devant des actes aussi graves, le rôle du Ministère des Affaires Sociales est toujours de se laver les mains, facilitant, perpétuant et contribuant ainsi à encore augmenter l’immunité totale dont jouit dans ce pays la classe des patrons.

L’Intersyndicale Premier Mai de Batay Ouvriye réclame la libération immédiate de ces ouvriers si injustement traités, des sanctions maximales à l’encontre des criminels et réparation pour les ouvriers et leur famille.

NOS DOSSIERS: