Batay Ouvriye Banner

Note concernant le retrait de Batay Ouvriye à la Troisième Assemblée des Peuples de la Caraïbe

Vendredi 20 juin 2003

Le comité exécutif national de l’ « Assemblée des Peuples de la Caraïbe » (APC), avait invité Batay Ouvriye à participer à l’organisation de sa troisième assemblée au Cap-Haïtien du 20 au 22 août 2003. Après une participation soutenue à tous les niveaux qu’il nous était possible d’intégrer, aujourd’hui nous nous trouvons dans l’obligation de nous retirer. Étant donné que nous pensons que cette rencontre internationale devrait revêtir une certaine importance pour la lutte de ces peuples en général et celle du peuple haïtien en particulier, il est nécessaire de rendre publiques les raisons de ce retrait.

Pour nous de Batay Ouvriye, une telle assemblée, surtout si elle prétend faire face à toute une série de pratiques contraires aux intérêts des peuples (ZLEA, Zones Franches…), ne saurait avoir en son sein des représentants des classes qui contribuent activement à l’exploitation et à la domination de ces peuples, en particulier ceux qui sont des agents conscients de l’impérialisme. Le document du comité exécutif national de l’APC qui accompagnait la lettre d’invitation à participer à l’organisation de cette réunion était lui-même parfaitement fait clair à ce sujet: la troisième rencontre de l’APC se tiendrait sous le signe de l’anti-impérialisme le plus net. Pourtant, progressivement, à partir de certains individus du comité exécutif, une orientation de plus en plus collaborationniste faisait surface, qui arriva même à représenter de façon dominante la position du groupe en formation et, en fin de compte, le comité exécutif lui-même insistait pour l’intégration du « secteur privé » au sein des membres de l’assemblée.

D’un autre côté, parallèlement à cette dérive collaborationniste, le comité exécutif tenait des propos d’une surenchère politique évidente, proposant même, implicitement, des positions stratégiques qui ne correspondent pas du tout au niveau de l’APC et demanderaient, par ailleurs, une unité minimum préalable entre les organisations en présence. Nous jugeons donc ce fonctionnement de surenchère parfaitement démagogique et, quand nous le confrontons avec la pratique collaborationniste en cours, nous y voyons précisément le rideau qui sert à cacher l’objectif principal de ce comité : son alliance avec la bourgeoisie.

Enfin, afin de mieux exposer cette orientation, le comité se passa d’un coup de tout fonctionnement démocratique, prenant toute une série de positions nullement discutées ou mêmes présentées en assemblée. Ainsi, l’organisation de cette troisième assemblée se réalise petit à petit uniquement avec la direction d’un comité qu’aucune instance ne contrôle plus vraiment.

À un moment donné, les déviations, pour nous, allèrent bien trop loin et il fut de notre devoir de nous retirer. Cette note sert donc autant pour expliquer publiquement les raisons de notre retrait d’une assemblée que nous avons contribué à construire, que pour dénoncer les dangereuses déviations que persiste à introduire au sein d’une assemblée de peuples, le comité exécutif en charge actuellement.

Pour BATAY OUVRIYE Yannick Etienne

Positions: