Batay Ouvriye Banner

SUR LA QUESTION DES AFFRES QUE SUBISSENT LES TRAVAILLEURS HAÏTIENS EN RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

« Si Desalin te la, Fernandez pa ta la
Si Desalin te la MINUSTAH pa ta la ! »

Slogan des manifestants devant le Palais National à la visite du chef d’État dominicain ce 12 décembre 2005

Durant toute l’année 2005 écoulée, les travailleurs et petits commerçants haïtiens en République Dominicaine ont subi les pires affres. Des milliers et des milliers de déportés, dans des conditions totalement illégales et inhumaines où le relent raciste perçait invariablement, des ressortissants dominicains à la peau noire étant parfois eux aussi du lot ! Des centaines et des centaines assassinés, brûlés vif, pourchassés et sommairement expulsés, à Santo Domingo, à Santiago, à Mao, à Barahona, à Higuey… Leur maison incendiées, leurs biens volés… jusqu’aux étudiants haïtiens dans ce pays voisin ont été molestés. Tout ceci aux yeux de la police et des autorités locales et en connaissance de celles centrales qui ne faisaient que nier les faits disant, au mieux, qu’il ne s’agissait que d’actes isolés. Le niveau du conflit allait cependant monter d’un cran quand le président dominicain lui-même envenimait la situation en lançant, se référant aux ressortissants haïtien, « è pa fuera que van ! (‘Haïtiens : dehors !’ ) ». Le haut clergé de l’Eglise catholique joua également de sa partition, avalisant les actes criminels et allant jusqu’à organiser l’expulsion d’un prêtre attaché à la cause haïtienne, le Père Ruquoy.

Coiffant le tout, les médias dominants s’adonnèrent à de véritables offensives idéologiques orchestrées par l’extrême droite. En effet sur les ondes de diverses stations de radio, des musiques rappelant le massacre de 1937 étaient retransmises en boucle et dans les journaux le plus connus (El Nacional, Listin Diario, Hoy, Caribe…) sortaient à profusion des articles et même des éditoriaux (!) où le nationalisme truqué, le racisme patent et l’archaïsme le plus flagrant ne rivalisaient qu’avec la débilité profonde des arguments.

Piet den Blanken - http://www.denblanken.com

Les classes dominantes dominicaines sont empêtrées. Elles exigent des lois régularisant l’émigration, elles « reflexionnent » sur l’ « énorme problème » que constitue la présence haïtienne, veulent repenser leur Constitution en vue de traiter de la question du jus soli, arrivent même à parler d’un « ‘conglomérat humain’ - disent-ils ! - qui, de manière euphémique, répond au nom de ‘République d’Haïti’ », elles citent même des ‘sondages’ faisant état de la « préoccupation ‘dominicaine’ » et de sa « politique extérieure » qui devrait être plus radicale devant ce qu’ils appellent - aujourd’hui - une « invasion »… Le tout pour se défendre des dénonciations des organisations des droits de l’homme aux instances internationales ou d’articles sur des journaux américains (les crimes ne leur auraient fait ni chaud ni froid) qui ne font tous que décrire simplement la pure réalité, et, ainsi, chercher à « protéger leur image devant les touristes » - nous y sommes ! - leur unique concrète préoccupation . Les classes dominantes dominicaines sont empêtrées car la main d’oeuvre haïtienne leur est malgré tout encore importante, nécessaire, obligatoire. À la zafra comme au tabac, au riz, en construction comme à la marchandise pèpè, en vue du salaire à bon marché des « illégaux » haïtiens, mais également affectant à la baisse celui des travailleurs dominicains. Obligatoire donc pour leur historique accumulation à très meilleur marché. Et c’est cette contradiction qui les mine en fait.

Piet den Blanken - http://www.denblanken.com

Rares furent les prises de position différentes. Elles supportaient cependant et remerciaient le Père Ruquoy pour son engagement et, de manière lucide, replaçaient la question carrément sur le plan social, critiquant la politique globale des gouvernements dominicains face à tous les travailleurs (Haïtiens comme Dominicains) et faisaient remarquer que les travailleurs dominicains devraient bien plus se demander pourquoi ils n’ont jamais eu, eux non plus, de services adéquats de la part des gouvernants, au lieu de protester du fait que quelques rares Haïtiens auraient bénéficié de soins de santé minima ou de quelques maisons de fortune. Ces positionnements progressistes dénonçaient aussi le fait que la gauche dominicaine aurait preuve sur le sujet d’un silence pour le moins inquiétant. Des émigrés dominicains de New-York, cependant, se mobilisaient pour protester énergiquement devant leur propre consulat aux Etats-Unis, connaissant eux-mêmes les problèmes des travailleurs émigrés. Ils étaient rapidement appuyés par des groupes progressistes haïtiens, émigrés eux aussi. Les protestations des groupes d’appui et de solidarité (haïtiens - GARR, PAPDA, ICKL, Batay Ouvriye… - ; dominicains – Service Jésuite aux Réfugiés et aux Migrants, Movimiento de las Mujeres Dominico Haitianas, Foro por la Preservación de la Paz y la Amistad Dominico Haitianas… - ; ou de coordination commune - Centre Pont -) diffusaient les tueries en les dénonçant nationalement et internationalement.

Le président vénézuélien, M. Hugo Chavez, détenteur de pétrole et des prix préférentiels si convoités, dans une récente visite en République Dominicaine, ayant ouvertement pris fait et cause pour les émigrés haïtiens , le premier mandataire dominicain, M. Leonel Fernandez, également fortement pressionné par les préoccupations de l’électorat d’extrême droite qui le soutien au pouvoir , accepta une invitation en Haïti afin d’afficher une réconciliation bon enfant et, ainsi, chercher à calmer l’opinion internationale, en particulier celle des touristes occidentaux d’une part et des responsables vénézuéliens d’autre part pour le grand bien des classes dominantes dominicaines. Son discours démagogique fut accueilli par une manifestation qui précipita sa sortie par la petite porte. Cette manifestation était, par contre, empreinte de grande confusion, expliquant la situation de carnage en cours à l’absence actuelle d’ « armée haïtienne » ou uniquement à une supposée « xénophobie » du « peuple dominicain », certains manifestants allant même jusqu’à prôner un esprit de revanche sur la personne des travailleurs dominicains en Haïti.

Il faut donc mieux comprendre. Mieux savoir, d’abord, pour mieux comprendre. En vue de la construction d’une réponse sérieuse, profonde, adéquate et définitive des peuples et des réels progressistes des deux pays. Réponse qui devrait servir d’avant-garde aux actions, alors de résolution.

Piet den Blanken - http://www.denblanken.com

La première chose d’importance à se fixer (qui saute aux yeux mais que l’engluement idéologique de ces temps de Faucons dilue), le premier point capital à remarquer (qui, une fois démasqué, rend évident tout l’édifice), est que ces affres dantesques n’arrivent qu’aux coupeurs de canne, aux pauvres marchands, aux petits paysans, aux artisans, aux sans emploi, aux sans abris, aux ouvriers… : au peuple, aux travailleurs ! Et si quelques étudiants arrivent à être molestés, il faut avouer que le sort des ouvriers ne les attend pas. Mieux : aucun des capitalistes investissant ou en vacances en terres voisines, aucun des macoutes réfugiés là-bas chez leurs ‘pareils’, aucun des petits bourgeois technocrates n’est inquiété en République Dominicaine, voire molesté. Il s’agit donc, avant tout, d’un fait économique, d’un fait de classe.

Chacun sait que l’émigration haïtienne date des déplacements à la fin du XIXe siècle-début XXe des travailleurs de la canne. Vers Cuba, vers la République Dominicaine... Chacun connaît l’horreur des « bateys » où l’esclavage direct n’aurait rien à envier aux pratiques animales de ces propriétaires d’ « Ingenios azucareros » ! Qui ne se souvient du Massacre de 1937 où entre 10 à 30,000 mille (selon les sources) pauvres travailleurs émigrés furent poursuivis, humiliés, traqués et assassinés à l’arme blanche par l’armée dominicaine elle-même et les milices mises sur pied à cet effet, suivant les ordres du commandement central ? Tout le monde n’est cependant pas au courant qu’en 1962 l’armée dominicaine, alors sous les ordres de M. Balaguer en tant que président, incendia au napalm (!!) toute une communauté formée de ressortissants haïtiens et dominicains qui réclamaient la terre à celui qui la travaillait. Au napalm ! Avec l’aide de l’armée américaine, les forces dominicaines cherchaient à en finir avec ce « mouvement de travailleurs » mêlé d’une culture syncrétique, le Liborismo. Cela se passait à Palma Sola , dans la province de San Juan, en prolongation du Plateau Central. Des milliers de travailleurs rebelles, haïtiens et dominicains, étaient brûlés vifs, de l’aviation étant.

Le racisme au sein du peuple dominicain a fini par exister. Chez certains. Fruit d’une profonde et longue propagande orchestrée par les classes dominantes pour qui les héros nationaux mêmes doivent trôner, au centre de la Place de l’Indépendance, en un blanc immaculé ! Fruit d’une schizophrénie tumultueuse et pathétique, où le refus de se voir vrai n’est qu’augmenté, alors à l’infini, par la noire présence des travailleurs haïtiens. Ce racisme/anti-Haïtianisme/miroir, organisé et propulsé par ces mêmes dominants a fini par germer. Mais il n’est que passager. N’est-ce pas ce peuple frère qui a bien voté massivement pour Peña Gomez ? Et n’étaient-ce les magouilles (avouées, car, sinon, pourquoi aurait-il accepté de se quitter deux ans de pouvoir ?) de M. Balaguer, ce Noir, descendant d’Haïtiens et connu comme tel, aurait été porté au pouvoir suprême par le peuple dominicain lui-même !

*

L’explication est donc à chercher plus loin. Car il faudrait aussi se rappeler - ou savoir - que, dans le cas précis de la République Dominicaine, le transfert des travailleurs haïtiens a fini par se régler sous forme de contrat entre gouvernements ! En effet, déjà sous la présidence de M. Estimé, des ébauches de contrat se dessinaient mais c’est véritablement avec M. Magloire que ce procédé s’établira définitivement. Il sera systématiquement appliqué par Duvalier père et fils. Il s’agit bien donc d’un trafic ! Aujourd’hui, de tels contrats ne sont plus en vigueur. Mais les réseaux continuent d’exister. À preuve, les récentes déportations aboutissant à Ouanaminthe étaient sur l’heure à nouveau canalisées par certains « notables » de cette ville, à travers les filières bien connues côté voisin, dont l’armée elle-même, moyennant fort paiement.

Ce trafic (disons presque d’‘esclaves’, pour ceux qui connaissent les conditions de vie dans les bateyes) qui, de l’organisation gouvernementale haïtienne va aux capitalistes dominicains de la canne, prend sa racine dans la décomposition même de la formation sociale haïtienne : dans le monde rural. De mille façons volés, traqués et dépossédés de leurs moyens de production, notamment la terre, les petits paysans haïtiens n’ont d’autre alternative que de vendre leur force de travail. Et quand le milieu rural n’arrive pas à les utiliser en tant qu’ouvriers agricoles, ils se rendent naturellement dans les centres plus développés de production capitaliste où ils pourraient être rémunérés. Les villes de chez nous, vu la faiblesse chronique de la bourgeoisie locale, n’offrant pas non plus de structures adéquates, c’est à l’étranger que ces flots de prolétaires se déversent : à Cuba, d’abord, en République Dominicaine, ensuite, aujourd’hui aux Bahamas, en Guyane, à Miami…

Rejetés donc de leur milieu d’origine par la politique dominante, mal ou pas du tout accueillis dans les villes, le projet de société bourgeois en a fait des marchandises, même pas ‘libres’ puisque négociées par l’État. L’on comprend alors pourquoi, malgré les conditions inhumaines des bateyes, malgré massacres et tourments perpétuels, malgré les affres sur la personne, les différents gouvernements en place n’ont jamais protesté réellement, encore moins s’être mobilisé pour exiger quoi que ce soit.

Une fois arrivée en ces centres d’exploitation, la main d’œuvre, en plus d’une efficacité maximum (qui signifie en clair une casi extinction physique), doit obéir à une logique elle aussi implacable : elle doit au plus tôt devenir illégale (quand elle ne l’était pas déjà). Divers mécanismes s’y attachent, qui obligent le travailleur à rester plus longtemps que la durée de son contrat (dette, perte des papiers de transfert…). Illégale car alors encore à bien meilleur marché. Illégale, et devant le rester. Les difficultés que rencontrent celui qui, bien que remplissant toutes les dispositions pré requises, essaie de formaliser sa présence, sont tout simplement insurmontables. Jusqu’aux enfants nés sur le sol dominicain et qui, selon la Constitution elle-même, devraient jouir du droit de citoyenneté, n’arrivent pas à l’obtenir. C’est que la situation d’illégalité est la plus rentable pour le salaire à la baisse, la meilleure - et de loin - pour le capitaliste ! Voilà la logique prioritaire du traitement des travailleurs haïtiens en République Dominicaine. Celle qui a permis l’accumulation fulgurante de ces dominants en seconde moitié du XXe siècle.

Piet den Blanken - http://www.denblanken.com

Ce « traitement » passe des massacres à la répression ponctuelle, de la répression ponctuelle multipliée à l’infini à la répression permanente (c’est avec une multitude de gardes en fusil que la ‘surveillance’ s’opère aux bateys, ce sont les propriétaires des compagnies de construction eux-mêmes qui appellent l’immigration chaque fois qu’ils veulent s’abstenir de payer la main d’œuvre). Les aspects culturels où même le plus pauvre des dominicains singe le comportement haïtien, en se moquant de ses habits, de sa couleur, de son odeur… ! fonctionnent jour et nuit.

Ce salaire constamment ramené à sa plus simple expression affecte aussi cependant celui des travailleurs dominicains, halant par le bas tout rapport avec les employeurs et empêchant les ouvriers de revendiquer à plus. Cette logique compressive arrive à limiter en quelque sorte jusqu’à la petite bourgeoisie pauvre et même certaines capes de techniciens plus aisées. C’est tout l’édifice économique dominicain dominant qui repose sur cette relation première avec les « illégaux-barbares » et qui, à partir de ce point, s’étend sur toutes les classes dominées. Le travailleur dominicain en général ne s’en rend pas encore compte.

Mais il y a plus. Le rapport salaire des travailleurs haïtiens en République Dominicaine ne saurait varier non plus, dans la mesure où cette moindre variation affecterait également celui en Haïti. Exemple de réussite totale trop facile s’ils arrivaient à se légaliser aisément et à toucher bien plus (ainsi également se niveler et naturellement alors se joindre au travailleur dominicain pour, ensemble, commencer à se valoriser encore plus…), exemple donc de réussite trop facile, cela drainerait de manière alors effrénée la main d’œuvre du pays. Ou, encore, exigerait des salaires plus élevés ici aussi. Tout un nouveau cycle où ce sont les deux bourgeoisies qui en pâtiraient !

Mieux vaut, au contraire, se conforter l’un l’autre et s’activer résolument pour défendre le partenaire engagé, comme ce fut le cas à la zone franche de Ouanaminthe quand, malgré les exactions flagrantes des investisseurs dominicains qui, rappelons-le, firent pénétrer sur le sol national leur armée pour mettre à mal les ouvriers qui ne revendiquaient que leur droit, allant jusqu’à malmener dans la boue une femme enceinte de 8 mois… (!), les bourgeois haïtiens appuyèrent sans réserve leur associé, leur classe ! Ici, point question de « pays » : la globalisation capitaliste fait de cette nation arriérée une post moderne !

Plus tard, quand la justice de Fort-Liberté, devant les preuves trop à vue, donnèrent raison aux ouvriers qui avaient porté plainte, le gouvernement central lui-même intervint, prétextant, sans honte aucune, que ce verdict devrait être bloqué car « pouvant gêner les investisseurs » ! (ajoutez « internationaux » et entendez, pour plus de précision : « étrangers »).

« Si Desalin te la, …Latoti pa ta la ! » aurait-il fallu ajouter à la manifestation du lundi 12 passé. Et expliquer aux huluberlus que l’ « armée haïtienne » a bien été ‘là’ durant toutes les périodes précédentes mais toujours dans le rôle - son rôle - de gardien de l’ordre dominant qui lui incombe, celui de réprimer les travailleurs en vue de leur exploitation par les classes dominantes. C’est bien elle, d’ailleurs, qui eu à opérer la toute première répression contre les ouvriers mobilisés à Ouanaminthe, par l’intermédiaire d’un détachement de leurs soit disant « rebelles » cantonné à l’époque à cette ville.

La logique est donc étalée, le complot mis à nu : il s’agit d’une exploitation primordiale dont bénéficient lourdement les classes dominantes des deux pays, les bourgeoisies en particulier, et où les deux États jouent, ensemble et de manière coordonnée, un rôle de répression féroce ou de complicité sans vergogne qu’i l n’est plus à démontrer.

Piet den Blanken - http://www.denblanken.com

Mais pourquoi aujourd’hui ? Pourquoi aujourd’hui, à nouveau, toutes ces déportations et ces horribles exactions à l’encontre des travailleurs haïtiens ?

Autrefois, la destination première des travailleurs haïtiens en République Dominicaine était les champs de canne, les bateyes. S’ensuivit une période où ces mêmes travailleurs furent orientés également vers la culture du tabac, puis dans celle du riz, des tomates, des pois… Toujours en agriculture donc. Là ils trouvaient une paysannerie locale en prolétarisation elle aussi et en déplacement vers les villes. Il y avait donc « de la place » et les contradictions entre travailleurs n’étaient pas vraiment aigues même si elles existaient dans une certaine mesure. La répression contre les « illégaux haïtiens » se faisait alors presqu’exclusivement par les appareils dominants directement (armée, milice).

Dès les années soixante, les projets d’infrastructure et d’urbanisation de M. Balaguer touchant les grandes villes, la main d’œuvre « illégale », donc à meilleur marché, constitua rapidement un appât également pour cette branche capitaliste. Petit à petit, la migration haïtienne vint à occuper ces places et dans les années quatre-vingt / quatre-vingt-dix, les chiffres les plus conservateurs donnaient à 80 % la présence de la main d’œuvre haïtienne dans les chantiers en construction ! Ce déplacement fut naturellement accompagné des petits métiers de toutes sortes, l’économie dite « informelle » s’y développant grandement. Suivirent les petits marchands ambulants, maintenant à chaque coin de rue à Santiago, à Santo Domingo... Parallèlement, la décomposition de la formation sociale haïtienne s’aggravant inexorablement, l’on assista alors à un réel déversement des immigrés haïtiens dont le nombre aujourd’hui et, comme nous disions, la fonction, avait radicalement changé. Cette décomposition touchant également en Haïti certaines couches de la petite bourgeoisie et les services d’éducation rendant aussi l’âme, ce furent les universités, les centres d’artisanat, les petits marchés, notamment le commerce « pèpè » qui se rendirent en terres voisines. Toutes ces fonctions se déroulent en ville. La migration haïtienne vint donc à se retrouver là en franche contradiction avec les travailleurs dominicains qui devinrent alors de plus en plus hostiles. De plus, ces migrants plus récents nécessitaient eux aussi des services de santé, de logements, d’éducation minimum, que procure la ville, …encore en ajout aux carences de plus en plus chroniques des gouvernements dominants envers leur « propre population ». Enfin, les effets secondaires (mendicité, maladie…) arrivèrent à gêner l’ « image touristique » des classes dominantes dominicaines. La contradiction devint de partout antagonique !

Dans le cadre de l’offensive impérialiste et du projet d’exploitation sans limite et de domination néolibérale qu’elle véhicule, les contradictions au sein de la formation sociale dominicaine se sont récemment beaucoup aiguisées. Contrairement à la propagande droitière qui veut faire croire que la « République Dominicaine » vit une période de croissance accélérée, ce sont, en fait, les capitalistes et, globalement, les classes dominantes, qui, seuls, accumulent de manière éhontée. …Naturellement, au dépens des travailleurs et de la population (du peuple) en général. À preuve les dernières grèves qui ont eu lieu à la fin du mandat de M. Mejía, qui furent activement soutenues à presque 100 % par le du pays tout entier ! Étalant le fait que le fossé s’élargit. Car, c’est vrai, dans le cadre de l’incapacité du gouvernement dominicain à trouver un équilibre minimum, les travailleurs sont de plus en plus appauvris et la population manque de plus en plus de services. En réalité : la République Dominicaine est en crise ! Et c’est précisément ce que cherchent aussi à cacher les plus récentes attaques contre les travailleurs haïtiens. Sorte de bouc émissaire donc, ils sont accusés de tous les maux.

Piet den Blanken - http://www.denblanken.com

Ce mécanisme - qui a toujours été utilisé à chaque fois que les classes dominantes de ce pays voisin cherchaient à regrouper autour de tel ou tel parti politique en vue d’élections, de tel ou tel projet marquant une réelle offensive d’exploitation d’ouvriers ou de dépossession de paysans - ce mécanisme, donc, devient aujourd’hui vital, compte tenu de la profondeur de la crise que traverse cette formation sociale, crise aiguisée encore plus par l’enrichissement flagrant des possédants. Le scandale de Baninter qui dévoilait totalement les rouages de la fraude gigantesque en cours, le démontre clairement , comme il démontre aussi clairement les alliances de très haut niveau, les magouilles les plus audacieuses et aussi les plus viles : la pourriture des classes dominantes dominicaines.

C’est donc dans le cadre et à cause de la faillite des classes dominantes de ce pays que se retrouve et se comprend aujourd’hui la plus récente et morbide attaque contre les travailleurs haïtiens. Mais cette démarche rejoint aussi, et tout autant, la faillite totale en cours en Haïti même. « Si Desalin te la… » est un slogan qui dit Tout. Et sur lequel tout patriote devrait s’arrêter, ne serait-ce qu’un instant. « Si Desalin te la… » signifie précisément … qu’il ne l’est plus!

Quand on entend les bassesses des gens de gouvernement, quand on réfléchit sur la futilité des prétextes que se procurent tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, s’accommodent de collaborer, ou d’avaliser ce projet « extraverti » parvenu à son summum, on peut mesurer l’ampleur du phénomène, la gravité du problème. Une autre manière de comprendre la situation se réfère, naturellement, à l’incroyable incapacité des dirigeants haïtiens. C’est précisément un des arguments majeurs des gouvernants dominicains : ils sont en train de dire à leurs homologues haïtiens (et du même coup aux classes dominantes d’ici en général) que dans l’organisation de l’exploitation de la main d’œuvre, la répression à son encontre, en fait au contrôle de la situation de domination, qu’ils ne font pas assez ! La crise haïtienne avec la composante populaire qu’elle traîne, inquiète le voisin. Certes. Mais le préoccupe plus encore l’incapacité des gouvernants et dominants de ce pays à résoudre cette situation. D’où leurs appels, répétés à satiété, à la permanence de l’occupation et au passage même à la franche tutelle.

D’après leurs calculs, le moment l’exige. Les différentes raisons analysées plus haut font que la migration des travailleurs haïtiens rencontre aujourd’hui d’énormes contradictions en République Dominicaine. Par contre la main d’œuvre « illégale » et très peu chère leur fait encore défaut. D’un autre côté, le prix de cette « marchandise » est, en Haïti, tellement dérisoire que la logique s’incline donc à …venir l’exploiter en territoire haïtien. Ce projet qui germe depuis longtemps a été récemment mis à exécution. Par la logique capitaliste elle-même qui a peu à peu introduit le Capital dominicain en Haïti (les usines Interamericana à Port-au-Prince, l’eau Crystal au Cap-Haïtien…) mais, surtout par l’habilité (disons plutôt le macabre) lavalas à manigancer dans l’ombre un projet qui rend la formation sociale haïtienne encore plus exposée : celui des zones franches. La première de l’ensemble prévu tout au long de la frontière est déjà en fonctionnement à Ouanaminthe. Le CCI impérialiste consacre définitivement cette orientation en tête de ses engagements, pendant que toute une armada politique, économique et idéologique « haïtienne » l’accompagne, arrivant à exprimer clairement que « le développement d’Haïti passe nécessairement par le Capital dominicain ». Les différents traités en passe d’être adoptés entre les Etats-Unis et certains pays d’Amérique Centrale et des Caraïbes, dont la République Dominicaine, (TLC, CAFTA-DR…) prévoient que dans le cas de cette dernière, la production réalisée en Haïti par les capitalistes dominicains pourra y être incluse. Les projections pour le Nord-Est par ces derniers (avec l’aval, bien sûr, des bourgeois haïtiens qui s’apprêtent à s’accaparer du pouvoir politique à tous les niveaux) sont d’envergure !

Dans ces conditions, la main d’œuvre haïtienne n’est non seulement plus du tout la bienvenue en terres voisines mais, plutôt, disponible chez elle, « offerte » par la bourgeoisie locale jusqu'à ses retranchements idéologiques les plus « scientifiques » (c'est-à-dire, bien entendu, mystificateurs : ‘donner du travail’, ‘développer’, jusqu’à ‘se sacrifier pour le peuple’…) et, surtout, sous contrôle de forces armées internationales. Le moment des plus horribles exactions est donc mûr. C’est celui auquel nous assistons.

*

Quel gouvernement pourra-t-il résoudre cet écheveau ? Quel État saura-t-il se rendre assez autonome du projet dominant pour être en défense du peuple, des travailleurs ?

Ces derniers, à bien comprendre cette logique implacable qui les entraîne tous vers l’abîme, devraient plutôt s’unir, pour faire face !

Les camarades de SOCOWA à la zone franche de Ouanaminthe et ceux de SITRAFMIN, à Santiago, l’ont bien compris, qui se sont rencontrés, ont mis sur pied une coordination de lutte et ont réalisé des mobilisations conjointes contre les exactions de leur employeur commun, le Grupo M, et ont réussi ainsi à remporter chacun des victoires significatives, même si trop partielles et peut-être aussi trop momentanées.

Les émigrés dominicains et haïtiens à New-York ont emprunté le même chemin. La plus récente position de la coordination proprement dominicaine à propos de cette situation témoigne de leur clairvoyance autant que de leur courage et leur permanente vigilance.

Au lieu de s’entredéchirer ou de penser à des actes de vengeance, ce sont tous les secteurs populaires des deux pays qui devraient résolument s’engager à en faire autant. Au plus vite.


Batay Ouvriye, 16 décembre 2005


*** Photos Noir et Blanc, Piet den Blanken - http://denblanken.com

1 - Entrevue de Konpè Filo avec deux étudiants forces de quitter la République Dominicaine, sur Télé Ginen, décembre 2005.

2 - Ensemble d’opinions relevées par la CEEH sur les differents journaux dominicains.

3 - Ibid.

4 - Entrevue de Konpè Filo, op. cit.

5 - Editorial Radio Mélodie FM, mercredi 14 décembre 2005.

6 - Voir Luis Francisco Lizardo Lasocé, Palma Sola, La tragedía de un pueblo, Ed. Manati, Sto Domingo, 2003.

7 - Il en fut de même ainsi aux Bahamas au début des années 80 et des travailleurs béhémiens arrivèrent à s’organiser en bandes pour, la nuit, attaquer les travailleurs haïtiens ; ceux-ci s’organisèrent également et ripostèrent ; le rapport de force n’étant pas le même, l’affrontement s’estompa.

8 - Narciso Isa Condé et Fernando Peña, Las Entrañas de un poder gansterizado, Ed. Tropical, Sto Domingo, 2003.

Positions: