Batay Ouvriye Banner

Classe Ouvrière et Codes de Conduite

En 1999, la Campagne Vêtements Propres proposa à BATAY OUVRIYE d'endosser un Code de Conduite Disney, ce auquel nous nous sommes refusé. Voici nos raisons:

Tout d'abord, nous ne pensons pas qu'il revienne aux ouvriers et aux travailleurs d'endosser quelque Code de Conduite qu'il soit. Pour nous, même quand les codes de conduite reflètent un rapport de classe à l'échelle internationale, ils demeurent (en dépit de tout aspect libéral) globalement favorables à la bourgeoisie, donc, dans à l'intérieur du cadre de la domination capitaliste globale. Pour ce qui concerne celui qui nous fut proposé au mois de novembre dernier, il relève d'une problématique de collaboration de classe, une problématique tripartite (patrons-ouvriers-Etat en tant que collaborateurs ou partenaires) avec laquelle nous sommes en total désaccord et que nous combattons concrètement en Haiti. Certainement comme nous l'avons déjà signalé, dans la situation actuelle des ouvriers, si les bourgeois appliquaient ce code de conduite, une telle application serait à l'avantage des ouvriers des pays dominés.

Il en est de même du Code du Travail haïtien. Nous exigeons l'application de celui-ci sans pour autant jamais cesser de le critiquer, sans cesser d'exiger son remaniement. Dire qu'il n'est même pas appliqué par les patrons, bien qu'il soit totalement à leur avantage! La classe ouvrière ne peut et ne doit ni rentrer dans une telle problématique, ni l'assumer car elle ne correspond pas a ses intérêts.

Bien sûr, si les bourgeois arrivent à accepter un code, nous devons lutter pour que soient appliqués les aspects qui correspondent à nos intérêts. Une telle application, dans ce cas, relèvera de notre tactique, mais nous ne pouvons endosser sous aucune forme les limites du code. Nos intérêts globaux doivent déterminer tout le temps nos intérêts à court terme. De plus, nous savons que pour arriver à la généralisation d'un tel code de conduite, cela ne peut se faire sans la lutte des ouvriers et des travailleurs des pays dominés en accord avec la solidarité internationale. Et le code de conduite, ainsi que certaines lois et conventions bourgeoises dans leurs applications, ne sont que le reflet des luttes, des rapports de force, cela, sans se faire d'illusion.

A ce titre, on peut prendre en exemple le code de conduite Disney proposé en réponse aux luttes passées et présentes des ouvriers et des campagnes de solidarité. La compagnie Disney n'aurait jamais pris l'initiative de présenter un code de conduite, si ce n'était sous la pression des luttes et dans le but d'embellir son image. Aussi devons-nous être conscients qu'il s'agit d'une réponse bourgeoise.

Cependant, certaines données indiquent qu'il y a des avancées sur deux points importants:

  • un salaire qui couvre les besoins élémentaires des ouvriers (a living wage)
  • un contrôle indépendant par des groupes crédibles (independant monitoring).

Malgré tout, nous pensons que nous devons continuer la lutte. Les membres de Batay Ouvriye aiment à répéter que la vie des ouvriers peut se résumer ainsi: TRAVAIL et LUTTE de tous les jours, lutte émancipatrice à tous les niveaux. Les ouvriers et travailleurs doivent être constamment vigilants pour que l'amélioration du travail dans le capitalisme ne signifie jamais l'amélioration du capitalisme lui-même. Notre rôle, à nous, ouvriers, n'est pas d'améliorer le capitalisme. D'où la nécessité de jouer sur toutes les contradictions qui se présentent au sein des bourgeoisies impérialistes, d'une part; et entre celle-ci et les bourgeoisies des pays dominés, d'autre part. Nous devons tenir compte de toutes les contradictions que la bourgeoisie impérialiste confronte à travers le monde dans la lutte des classes. En tant qu'ouvriers, nous devons trouver la forme d'action adéquate tout en construisant l'unité avec toutes les forces sociales solidaires de notre combat, et qui luttent contre la bourgeoisie impérialiste en tenant compte de leur ligne, ceci sans jamais perdre notre autonomie. C'est dans ce cadre que nous comprenons et respectons le travail aboutissant au projet de code de conduite. Et en tant que partie intégrante du travail de solidarité, nous reconnaissons sa rentabilité. Tous les ouvriers concernés doivent se prononcer là-dessus, préciser leur ligne face à un tel travail, ligne qui oblige "LUTTE-UNITÉ-LUTTE, en particulier face à la problématique générale et l'effort de respect et d' "équilibre" qu'on trouve entre ouvriers et patrons dans le cadre du capitalisme.

UNITÉ-LUTTE-UNITÉ

Solidarité pour une grande unité!

Solidarité dans les deux sens!

Consolidons nos contacts dans cette perspective!

Positions: