Batay Ouvriye Banner
About us headline
BATAY OUVRIYE est une organisation qui regroupe syndicats d' entreprise, comités d’usine, associations de travailleurs et militants.

Tous oeuvrent en Haïti à la construction d’un mouvement syndical autonome, combatif et démocratique, et organisent ouvriers, travailleurs et chômeurs pour la défense de leurs droits. L’organisation se veut une alternative au mouvement syndical traditionnel à tendance bureaucratique et représentatif des classes dominantes au sein des masses exploitées en Haïti. Nous prenons non seulement l’initiative de développer les luttes revendicatives, mais aussi d’inciter les ouvriers et travailleurs à se battre et s’organiser pour défendre leurs intérêts propres. Batay Ouvriye établit également les liaisons de ces luttes particulières avec celles, plus générales, du peuple. En ce sens, nous prenons part à toutes les formes de luttes démocratiques populaires en y encourageant la participation des ouvriers et travailleurs.

Batay Ouvriye s’est engagée dans la lutte contre la compagnie Disney et d’autres grandes multinationales exploitant les peuples travailleurs de la terre. Dans cette lutte, nous avons pu trouver la collaboration de plusieurs organisations de solidarité mondiale avec les luttes des travailleurs en général et des ouvriers haïtiens en particulier. Les représentants de Batay Ouvriye participent à divers forums organisés en protestation contre les violations et abus endurés par les ouvriers du monde entier. Récemment, par exemple, nous avons apporté notre contribution:

• à l’organisation hémisphérique des travailleurs de l’habillement des zones franches pour l’exportation (ZFE) en République Dominicaine;

• aux débats sur les stratégies d’organisation en zone franches des pays de l’Amérique Centrale, du Mexique et de la Caraïbe;

• au Guatemala, sur la question de la problématique de *genre+ dans le travail d’organisation des ouvrières de la sous-traitance internationale;

• en Belgique, au Tribunal des Peuples contre diverses compagnies multinationales tels Adidas, Disney, Levi Strauss, C&A et H&M;

• aux U.S.A., à la conférence sur le AIndependant Monitoring@ accusant Disney, Nike, Walmart, Keymart;

• et à plusieurs tournées d’information sur la lutte contre Disney.

Car nous sommes conscients que dans le contexte actuel de développement du capitalisme mondial, les luttes des ouvriers haïtiens ne peuvent être détachées de l’ensemble de celles qui se mènent dans d’autres pays. Nous avons apporté et continuons d’apporter notre support militant à toutes les revendications concernant la défense des droits syndicaux et démocratiques des peuples.


En Haïti, Batay Ouvriye favorise la diffusion d’informations ainsi que la formation des ouvriers et travailleurs à travers des conférences-débats, des séminaires ou des ateliers de formation syndicale, la préparation et distribution de matériels didactiques sur les droits des travailleurs, les conventions internationales de travail et des stratégies de luttes appropriées en vue de contrecarrer le patronat local ou étranger.

Nos interventions portent sur:

1) Le non-respect des droits syndicaux des travailleurs, notamment la liberté syndicale et le droit à la négociation collective;

2) La nécessité d’augmentation du salaire minimum journalier, tout en insistant sur le droit des travailleurs à avoir un salaire qui tient compte du coût de la vie et de la dévaluation continue de la gourde, notre monnaie nationale;

3) La nécessité d’une baisse progressive jusqu’à l’élimination des quotas de production dans le cadre du travail au rendement dans les usines d’assemblage;

4) L’amélioration des conditions de travail et le respect de la personne des travailleurs;

5) L’impunité des patrons qui jouissent de la complicité du Ministère des Affaires Sociales ou du Tribunal du travail en entravant les droits légaux des travailleurs;

6) Le harcèlement sexuel des travailleuses;

7) Le despotisme généralisé en milieu de travail;


About placeholder

8) Les révocations et/ou suspensions illégales ou toutes formes d’arbitraires dont les travailleurs sont victimes;

9) La sensibilisation des ouvriers sur la nécessité d’un nouveau Code du Travail et sur l’absence d’un plan de sécurité sociale en Haïti ainsi que les pratiques douteuses des institutions de l’état comme l’ONA (Office National d’Assurance-Vieillesse);

10) Les réformes obligatoires à faire au sein du Ministère des Affaires Sociales mais aussi notre appui aux employés de l’administration publique en lutte contre l’application du programme d’ajustement structurel imposé par les institutions financières internationales à notre pays;

11) La répression policière ou celle pratiquée par des élus locaux tels les C.a.s.e.c.s. (Conseil d’Administration des Sections Communales) contre les membres de nos organisations paysannes ou par certains employés du Bureau du Travail du Ministère des Affaires Sociales;

12) Les mesures économiques ou politiques qui ne permettent pas un développement réel et soutenu de nos ressources naturelles et humaines;

13) La nécessité d’un autre type d’Etat capable de mettre les intérêts des travailleurs et des masses populaires au premier plan.

Batay Ouvriye intervient sur tous ces points en distribuant des tracts, des brochures et des bulletins, en organisant des conférences de presse, en passant des notes de presse à la radio, en distribuant ou en collant des affiches dans les zones industrielles ou dans les quartiers ou résident les travailleurs. De plus, nous organisons des piquets à l’entrée des usines, devant les bureaux du Ministère des Affaires Sociales et du Parlement pour faire entendre nos doléances et revendications autour des nombreux problèmes auxquels nous faisons face.

Nous menons une lutte continue pour un changement réel de nos conditions de travail et de vie en tant que travailleurs de Port-au-Prince, du haut Artibonite, du bas Plateau Central et du Nord, ainsi que des luttes ponctuelles à travers tout le pays sur des problèmes qui surgissent de notre quotidien. Ceci, également, à travers des campagnes: sur 1’augmentation de salaires des *vann jounen+ (journaliers) dans le secteur agricole; leur droit à l’organisation; la baisse des quotas de production dans les usines textiles; le respect des droits des ouvrières ayant des responsabilités familiales...

Grâce à ces pratiques et en dépit des difficultés résultant des effets de domination en jeu dans la formation sociale haïtienne, nous avons pu mettre sur pied un bon nombre de syndicats d’entreprise ou des comités d’usines, d’hôtels, de magasins ou de petits ateliers de travailleurs, des associations de petits artisans et de professeurs dans des zones urbaines et des organisations paysannes ou de travailleurs agricoles dans les zones rurales.

Ce travail d’organisation nous donne aussi l’occasion de nous adresser aux jeunes, fils et filles d’ouvriers ou de travailleurs avec lesquels nous sommes en contact. Nous sommes engagés dans la construction d’un mouvement de jeunes déterminé par le développement des luttes pour satisfaire leurs revendications. Du même coup, nous nous adressons à leurs parents et à leurs professeurs. Ceci nous a permis de bâtir une coalition entre organisations ouvrières, organisations d’élèves et organisations de professeurs afin de poser les questions d’éducation, de l’enseignement à partir des intérêts de la classe ouvrière et des travailleurs en général.

Notre travail avec les jeunes est axé autour de trois grands points: les luttes concrètes, le développement de leurs connaissances, et des loisirs instructifs. Dans le cadre de certaines de ces activités, ces fils et filles de travailleurs peuvent apprendre déjà les premières notions d’informatique et d’électricité, de cuisine et de pâtisserie...Ce travail s’accompagne du développement d’une bibliothèque comprenant entre autres des livres scolaires ou de références et de la publication d’un journal de jeunes.

Batay Ouvriye, par conséquent, articule pratiques sur les lieux de travail avec celles ayant trait aux conditions de changement de la vie des travailleurs en général, contre les diverses formes d’oppression qui jalonnent leur existence.

Pour plus d’informations, contactez-nous: Boîte Postale 13326, Delmas. Port-au-Prince, Haïti, Grandes Antilles. Tel: (509) 226719.